Un outil à portée main pour connaître la qualité de l’air.
Changez d’air, l’air de rien : choisissez l’air que vous respirez.

20kg d’air, c’est ce que nous respirons chaque jour ! Bien qu’invisible, cet air a des impacts sur notre santé. Mais comment peut-on connaître la qualité de l'air que l’on respire ? 

Comprendre les informations sur la qualité de l’air est un vrai enjeu pour les prendre en compte dans nos activités quotidiennes : quand et où est-il préférable de faire du sport ? Quel est le meilleur itinéraire pour se rendre au travail ? Pour aller au marché ?

Pour aider les citoyen·nes à limiter leur impact sur la pollution de l’air et leur exposition aux polluants, Air Pays de la Loire, Nantes Métropole et la Samoa ont mis leurs expertises en commun en vue de déployer des outils adaptés. L’objectif principal du projet ? Leur permettre de devenir acteur·rice de leur santé.

C'est dans ce contexte qu'Air Pays de la Loire a développé l’application mobile Naonair à l’échelle de la métropole nantaise. Elle vise à rendre accessible au plus grand nombre des informations sur les niveaux de pollution en temps réel et accompagner la prise en compte de ces informations dans son quotidien.

Un outil à portée de main pour être moins exposé·es à la pollution

Cette application répond à l’intérêt croissant des français·es sur le sujet de la qualité de l’air. En effet, ce sujet se classe désormais dans le top 3 des préoccupations environnementales dans l'hexagone. 

 Naonair permet aux citoyen·nes nantais·es de :

Connaître l’état de la qualité de l’air autour d’eux en temps réel 

Limiter leur exposition à la pollution de l’air en organisant leurs activités du quotidien

Découvrir des parcours sportifs et des promenades pour respirer un air meilleur

Ces fonctionnalités s’appuient sur une cartographie temps réel de la qualité de l’air modélisée à partir de la pollution de fond, de la météo, de la forme des rues et du trafic routier en temps réel (à Nantes, le trafic routier est responsable à 68% des émissions d’oxydes d’azote – source Basemis).

Concrètement, en naviguant sur l’interface, les utilisateur·ices ont la possibilité de se géolocaliser et de se déplacer sur la carte pour connaître la qualité de l’air sur l’ensemble de la métropole nantaise. 

Elle est représentée par une échelle dégradée de couleurs adaptée à l’indice de qualité de l’air allant de « bon » à « extrêmement mauvais ». Ils peuvent également avoir cette information pour des dizaines de lieux emblématiques de la métropole : lieux sportifs, lieux culturels, etc.

Et parce qu’avoir accès à l’information c’est bien, mais agir c’est mieux, Naonair permet aussi aux citoyen·nes de choisir des itinéraires, des parcours sportifs et des promenades moins pollués.

Durant l’été, un panel de citoyen.ne.s volontaires ont accepté de tester l’application et de faire un retour aux équipes en charge du développement pour réaliser les derniers ajustements et être au plus proche des besoins et attentes des usagers.

Après cette phase de betâ-test, l’application est désormais ouverte au grand public à compter de ce jour, le 23 septembre 2022. Elle est référencée et téléchargeable sur l’AppStore pour les téléphones Apple et via Play Store pour les Android.

Pour en savoir plus sur l’application Naonair : https://www.naonair.org/


« Naonair incarne notre volonté d’accompagner les nantais.es dans la prise de conscience des enjeux de santé environnementale et de faire que chacun puisse agir pour l’intérêt de tous. Une application mobile du quotidien pour faire de Nantes une ville en pleine santé ! »  Francky Trichet, vice-président de Nantes Métropole

Air Pays de la Loire est agréée par le Ministère en charge de l’environnement depuis plus de 40 ans pour assurer la surveillance de la qualité de l’air dans la région. Il s’agit d’une association indépendante dont les membres sont l’État, des collectivités territoriales, des industriels et des associations de protection de l’environnement.

Ses missions, assurées par une équipe pluridisciplinaire de 36 personnes (techniciens métrologues, ingénieurs d’études, communicants, etc.), sont : d’assurer le suivi de la qualité de l’air, d’appuyer les acteurs publics et économiques dans leurs décisions, d’informer et sensibiliser le public, et enfin de participer aux expérimentations sur les territoires et améliorer les connaissances.

Toutes les informations en lien avec la qualité de l’air (mesures en temps réel, résultats des études, etc.) sont disponibles sur le site internet et l’open data (www.airpl.org et www.data.airpl.org).

Laisser un commentaire